Musique et intelligence artificielle : combinaison étonnante ou fumisterie ?

Réglage de son

Quand on pense musique, on pense artiste, création, public, partage, mais aussi émotions… La musique est un art vivant qui se développe sans cesse, qui se nourrit de nos actualités et des nos avancées techniques et technologiques. Tout comme la rédaction de contenu et la création d’image, l’Intelligence Artificielle débarque dans la musique et le débat ne change pas avec la forme d’art. Un algorithme serait il capable de talent, de composition originale, de création artistique ? L’IA n’est ni plus ni moins un algorithme informatique a qui on apprend. On appelle cela le deep learning, il s’agit de faire évoluer un modèle qui pourrait, en s’inspirant de ce qu’il a absorbé, créer quelque chose de nouveau. De nouveau réellement ou doit on s’attendre à un amas de bout de mélodies préexistantes concaténées ?

Intelligence artificielle et création de musique

L’intelligence artificielle s’immisce dans tous les domaines : science, commerce, publicité… Et même dans la musique ! Mais qu’est-ce que l’IA ? Pour résumer simplement, l’IA consiste à mettre en place des techniques, qui permettent aux machines et aux logiciels, d’imiter l’intelligence humaine. L’IA reproduit et recrée un système technologique similaire au cerveau et à l’intelligence humaine. Bien entendu, il s’agit d’une définition simple et très réduite. Plus concrètement, l’IA est un genre de super algorithme que l’on entraine à la résolution d’une tâche en lui « montrant » des exemples. Par exemple, une IA médicale de reconnaissance de cancer à qui on a montré des millions d’imagerie médicale de cancer et de faux semblants. Cette partie d’entrainement constitue un dataset qui servira à tâcher de reconnaître les cancers dans les images pour lesquels l’algorithme n’a pas d’informations. Si l’algorithme a un taux de succès qui dépasse les 80%, on dit qu’elle a un taux de prédiction de qualité. Essayez d’exporter ceci dans la littérature, un modèle d’IA est « entrainé » avec la lecture de tous les classiques de la littérature. Le modèle, en analysant les textes trouvera des « patterns », c’est à dire des probabilité de séquences. Besoins d’un exemple ? Si j’écrit, le parking est plein j’ai de la peine à trouver une place pour garer mon … quel est la probabilité que le mot manquant soit véhicule, hélicoptère, tricératops ? Vous voyez, il s’agit en fait d’un travail de probabilité et de séquençage. Voilà des notions que l’on peut rattacher à musique.

Ainsi l’intelligence artificielle s’est déjà attaquée à la musique, en reproduisant ou en créant des morceaux de toutes pièces. Vous ne le savez peut-être pas, mais il existe déjà des IA musicales. C’est le cas de Juckedeck, une IA qui a déjà créé des milliers de morceaux à usage commercial. Ces petites musiques servent à illustrer des vidéos, des publicités… Et l’IA n’a besoin que de peu de temps pour créer ces morceaux !

Passons à une autre IA, MuseNet. Cette dernière crée des morceaux de plusieurs minutes, avec plusieurs instruments, et en mélangeant différents styles de musique. Ses connaissances proviennent de Mozart, des Beatles ou encore de grands noms du jazz…

Récemment FN méka, créer par Anthony Martini et Brandon Le de Factory New, est un rappeur virtuel issue d’une maison de disques tout autant “virtuelle”, ayant comme base une technologie d’IA analysant les chansons populaires récentes. Il y a bien un homme qui chante mais la mélodie et les paroles ont été générée par IA. FN Meka a été signé chez Capitol avant que le label ne fasse marche arrière à cause de polémique politique.

L’Intelligence Artificielle crée des expériences sonores et musicales intéressantes et étonnantes, encore limitées, mais qui doivent être suivies de près !

Les limites de l’IA dans la musique

En janvier 2020, un concert peu ordinaire s’est tenu aux Emirats Arabes… Une représentation avec un chef d’orchestre un peu particulier, un robot humanoïde ! Cet androïde nommé “Alter 3” a ainsi dirigé l’orchestre, composé lui, de musiciens humains. Le robot a été créé spécialement pour cet opéra, par un spécialiste de l’intelligence artificielle. Ce robot a ainsi assimilé la partition composée par Keiichiro Shibuya, pour la traduire dans les mouvements de chef d’orchestre. Une prestation étonnante et déstabilisante qui prouve que l’IA est capable de grandes choses !

L’intelligence artificielle nous réserve beaucoup de surprises. Cependant, l’être humain, l’artiste, demeure à l’heure actuelle, le seul capable de faire passer des émotions par la musique, par la voix… De même, bien qu’un orchestre dirigé par un robot puisse être innovant, il reste difficile de s’imaginer que cela pourrait devenir habituel… Pour le moment, les artistes n’ont pas à s’inquiéter de leur avenir face à l’IA !

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.